Que devrait être la fonction publique de demain ?

Par Julie MEYNIEL,

  Classé dans: Actu Fonction Publique

 

A l’heure de cette question brûlante d’actualité, Giulia Reboa, notre présidente a été interviewée par Acteurs publics pour évoquer le point de vue de FP21 et porter la voix des jeunes agents publics.

Cet article est l’occasion d’évoquer les grands enjeux de la Fonction Publique du XXIème siècle  :

  • penser que ce qui relie ces “jeunes”, c’est d’être nés et d’avoir grandi à la même époque, et d’être ainsi imprégnés de certaines caractéristiques propres à cette époque : la culture digitale, l’ouverture au monde, la mobilité, etc. Mais ces caractéristiques communes ne produisent pas un modèle de positionnement et de projet professionnel unique.
  • rendre la fonction publique plus représentative de la société française « pour asseoir sa légitimité et également répondre aux besoins de diversité des compétences nécessaire à la qualité du service public »
  • renforcer l’attractivité de la fonction publique par la valorisation de nos métiers en conjuguant les initiatives d’associations comme FP21 « mais aussi de Laboratoire de l’innovation publique, Atraksis, La Cordée, Profil public ou encore La 27e région »
  • penser l’avenir du statut de la Fonction Publique : « Le véritable débat qui s’impose est donc plutôt celui de l’application, voire peut-être du toilettage du statut, que celui de sa suppression »
  • mieux valoriser et reconnaître l’engagement des agents publics en mobilisant « les autres leviers de motivation et de reconnaissance au travail (projets innovants, enquêtes qualité, sanctions lorsque cela est nécessaire…). »
  • implémenter dans le fonctionnement quotidien des organisations ces nouveaux modes d’action, plus agiles, collaboratifs, créatifs… et aussi questionner la répartition des responsabilités, notamment en passant en mode “organisation apprenante”, sans nécessairement renoncer entièrement à la logique hiérarchique, d’ailleurs.
  • permettre une formation quasi-quotidienne des agents publics, « par de nouvelles modalités de formation, qui sont déjà en place dans certaines administrations : reverse mentoring, formateurs internes, micro-learning, coaching, codéveloppement… »

 

Pour lire l’intégralité de l’interview rendez-vous sur le site acteurs publics ici.