Développons la capacité de résilience des administrations

By Julie MEYNIEL,

 

Notre porte-parole Emilie Agnoux a rédigé un article dans la revue La lettre du Cadre territorial où elle évoque la nécessité d’accompagner le changement pour ne pas le subir en développant la capacité de résilience des administrations.

Pour cela, plusieurs idées :

  • intégrer la controverse pour se transformer avec des démarches plus audacieuses ;
  • inventer un nouveau modèle d’administration par le numérique mais aussi et surtout en changeant le regard sur les fonctionnaires et en renouvelant les attendus à leur égard ;
  • rendre les individus acteurs du changement en développant leur capacité d’adaptation et d’analyse critique.

La phrase clé de l’article : « Pour lutter contre la tendance présentiste de nos organisations, donnons aussi un rôle aux nouvelles générations pour préparer l’avenir et rétablir le souci du futur dans le temps présent. C’est dans cet esprit que l’association de jeunes agents publics FP21 a été créée… »

Pour retrouver l’intégralité de l’article, cliquez ici

Les réseaux professionnels sont-ils un accélérateur de carrière ?

By Julie MEYNIEL,

 

Giulia Reboa, présidente de l’association FP21 a participé à une table ronde initiée par Sylvain Henry, rédacteur en chef d’Acteurs publics tv.

L’occasion de rappeler que l’association FP21 :

  • répond à une demande nouvelle complémentaire des réseaux professionnels classiques ;
  • permet à chacun des membres de s’ouvrir sur de nouveaux environnements professionnels en échangeant avec plus de 700 métiers différents.

Les points clés de l’intervention de Giulia Reboa :

« Le réseau ne doit pas entrer dans  la sélection d’un agent public et notamment un fonctionnaire. Il faut une appropriation spécifique quand on est agent public » 

« En permettant de rencontrer de nouveaux acteurs, le réseau permet de remettre en question ses pratiques et sa propre vision des enjeux que soulève le service public ». 

« Les jeunes agents publics sont en attente de leurs pairs et de leurs supérieurs hiérarchiques sur le droit à l’erreur, le besoin d’expérimentation ».

«  Il faut dans les formations, dans les études, dans les écoles de service public, déconstruire l’image négative du réseau et se dire que c’est enrichir ses connaissances et son profil. »

« La présence dans les réseaux professionnels n’est pas contradictoire par rapport à la neutralité du service public.»

« Il est important de dépoussiérer ce qu’est le réseau aujourd’hui dans la Fonction Publique : offrir de nouveaux lieux de socialisation, de réseau pour faire autrement, pour faire la Fonction Publique du 21ème siècle. »

Pour voir les vidéos, rendez-vous sur Acteurs publics tv :

->Vidéo 1 : Pourquoi les réseaux professionnels sont devenus indispensables ?

->Vidéo 2 : Pourquoi sociabiliser permet de doper sa carrière ? 

Que devrait être la fonction publique de demain ?

By Julie MEYNIEL,

 

A l’heure de cette question brûlante d’actualité, Giulia Reboa, notre présidente a été interviewée par Acteurs publics pour évoquer le point de vue de FP21 et porter la voix des jeunes agents publics.

Cet article est l’occasion d’évoquer les grands enjeux de la Fonction Publique du XXIème siècle  :

  • penser que ce qui relie ces “jeunes”, c’est d’être nés et d’avoir grandi à la même époque, et d’être ainsi imprégnés de certaines caractéristiques propres à cette époque : la culture digitale, l’ouverture au monde, la mobilité, etc. Mais ces caractéristiques communes ne produisent pas un modèle de positionnement et de projet professionnel unique.
  • rendre la fonction publique plus représentative de la société française « pour asseoir sa légitimité et également répondre aux besoins de diversité des compétences nécessaire à la qualité du service public »
  • renforcer l’attractivité de la fonction publique par la valorisation de nos métiers en conjuguant les initiatives d’associations comme FP21 « mais aussi de Laboratoire de l’innovation publique, Atraksis, La Cordée, Profil public ou encore La 27e région »
  • penser l’avenir du statut de la Fonction Publique : « Le véritable débat qui s’impose est donc plutôt celui de l’application, voire peut-être du toilettage du statut, que celui de sa suppression »
  • mieux valoriser et reconnaître l’engagement des agents publics en mobilisant « les autres leviers de motivation et de reconnaissance au travail (projets innovants, enquêtes qualité, sanctions lorsque cela est nécessaire…). »
  • implémenter dans le fonctionnement quotidien des organisations ces nouveaux modes d’action, plus agiles, collaboratifs, créatifs… et aussi questionner la répartition des responsabilités, notamment en passant en mode “organisation apprenante”, sans nécessairement renoncer entièrement à la logique hiérarchique, d’ailleurs.
  • permettre une formation quasi-quotidienne des agents publics, « par de nouvelles modalités de formation, qui sont déjà en place dans certaines administrations : reverse mentoring, formateurs internes, micro-learning, coaching, codéveloppement… »

 

Pour lire l’intégralité de l’interview rendez-vous sur le site acteurs publics ici.