Notre failcamp

Ce week-end s’est tenu le premier failcamp de FP21 aux Halles Civiques : on a revendiquĂ© notre droit Ă  merder ! Nous Ă©tions bien dans le thĂšme : un vendredi soir, fin juin, chaleur Ă©touffante et soir de match —> 20 curieux sont venus relever le dĂ©fi, sur les 50 attendus !

Giulia Reboa a « planté » le dĂ©cor : un cadre d’action polarisĂ© entre une administration lĂ©gale rationnelle et une sur valorisation de la prise de risque en mode sillicon valley et injonction Ă  l’innovation | valoriser l’échec c’est dĂ©construire notre posture de sachant, de tout puissant & apprendre de ses erreurs | certains agents ont la chance d’Ă©chouer et d’autres ont la loose qui leur colle Ă  la peau (manque de moyens, management inadaptĂ©, perte de sens …) | quelle chance de pouvoir bien Ă©chouer ! L’ordre de passage des speakers est tirĂ© au sort. On est parti, avec Justine Martinez en cheffe d’orchestre.

Edem Allado ouvre le bal sur dance of the cosmo allien de Sun Ra ! De l’Ă©chec entrepreunarial Ă  professeur dans un lycĂ©e, le rapport usager s’en trouve bouleversĂ©. Il est cultivĂ© encore jour aprĂšs jour au CHRU de Nancy.

Aline Lespagnol prend place sur some say de Camelia Jordana pour l’audace qu’elle inspire et l’aimant d’IAM ! Une vie sauvĂ©e mais une carriĂšre de psychologue Ă©branlĂ©e auprĂšs des forces de l’ordre lyonnaises. Puis un grand-pĂšre heureux. Ce jour-lĂ , vous avez bien fait.

Etienne Grass se lance sur se vuol ballare par Mozart dans les noces de Figaro pour questionner la salle : la pauvretĂ© s’est-elle rĂ©duite en France ? Limites du RSA, Ă©chec professionnel et introspection personnelle par un haut-fonctionnaire d’Etat. Une trĂšs belle leçon de luciditĂ© !

Marie CoiriĂ© apparaĂźt sur let the music play de Barry White. Faire entendre la petite voix des designers qui portent le cri d’alarme des patients, pas si simple face aux soignants. On a compris le design (et ce n’est pas rien) et on en voudrait partout des comme vous !

Benjamin Mittet-BrĂȘme fait le dernier tour de ronde sur la musique de campagne de Jacques Chirac en 1997 une expĂ©rimentation en matiĂšre d’inscription sur les listes Ă©lectorales est ovationnĂ©e dans les mĂ©dias mais boudĂ©e par les usagers.

Un retour Ă  la rĂ©alitĂ©, plein d’humilitĂ©. Cette soirĂ©e n’aurait pas eu lieu sans le soutien de la CASDEN, de la 27e rĂ©gion, du Lab Archipel et de Vraiment Vraiment. Et surtout elle n’aurait jamais existĂ© sans l’audace de BenoĂźt Landau, initiateur de la valorisation de l’Ă©chec dans l’administration, lors de ses missions Ă  la DITP.

Les discussions se sont poursuivies et on est sorti de là en se disant qu’on allait trùs bientît le refaire à Lille et à Lyon. Et vous ? Ca vous dit ?