Développons la capacité de résilience des administrations

 

Notre porte-parole Emilie Agnoux a rĂ©digĂ© un article dans la revue La lettre du Cadre territorial oĂč elle Ă©voque la nĂ©cessitĂ© d’accompagner le changement pour ne pas le subir en dĂ©veloppant la capacitĂ© de rĂ©silience des administrations.

Pour cela, plusieurs idées :

  • intĂ©grer la controverse pour se transformer avec des dĂ©marches plus audacieuses ;
  • inventer un nouveau modĂšle d’administration par le numĂ©rique mais aussi et surtout en changeant le regard sur les fonctionnaires et en renouvelant les attendus Ă  leur Ă©gard ;
  • rendre les individus acteurs du changement en dĂ©veloppant leur capacitĂ© d’adaptation et d’analyse critique.

La phrase clĂ© de l’article : « Pour lutter contre la tendance prĂ©sentiste de nos organisations, donnons aussi un rĂŽle aux nouvelles gĂ©nĂ©rations pour prĂ©parer l’avenir et rĂ©tablir le souci du futur dans le temps prĂ©sent. C’est dans cet esprit que l’association de jeunes agents publics FP21 a Ă©tĂ© crĂ©Ă©e… »

Pour retrouver l’intĂ©gralitĂ© de l’article, cliquez ici

Les réseaux professionnels sont-ils un accélérateur de carriÚre ?

 

Giulia Reboa, prĂ©sidente de l’association FP21 a participĂ© Ă  une table ronde initiĂ©e par Sylvain Henry, rĂ©dacteur en chef d’Acteurs publics tv.

L’occasion de rappeler que l’association FP21 :

  • rĂ©pond Ă  une demande nouvelle complĂ©mentaire des rĂ©seaux professionnels classiques ;
  • permet Ă  chacun des membres de s’ouvrir sur de nouveaux environnements professionnels en Ă©changeant avec plus de 700 mĂ©tiers diffĂ©rents.

Les points clĂ©s de l’intervention de Giulia Reboa :

« Le rĂ©seau ne doit pas entrer dans  la sĂ©lection d’un agent public et notamment un fonctionnaire. Il faut une appropriation spĂ©cifique quand on est agent public » 

« En permettant de rencontrer de nouveaux acteurs, le réseau permet de remettre en question ses pratiques et sa propre vision des enjeux que soulÚve le service public ». 

« Les jeunes agents publics sont en attente de leurs pairs et de leurs supĂ©rieurs hiĂ©rarchiques sur le droit Ă  l’erreur, le besoin d’expĂ©rimentation ».

«  Il faut dans les formations, dans les Ă©tudes, dans les Ă©coles de service public, dĂ©construire l’image nĂ©gative du rĂ©seau et se dire que c’est enrichir ses connaissances et son profil. »

« La prĂ©sence dans les rĂ©seaux professionnels n’est pas contradictoire par rapport Ă  la neutralitĂ© du service public.»

« Il est important de dĂ©poussiĂ©rer ce qu’est le rĂ©seau aujourd’hui dans la Fonction Publique : offrir de nouveaux lieux de socialisation, de rĂ©seau pour faire autrement, pour faire la Fonction Publique du 21Ăšme siĂšcle. »

Pour voir les vidéos, rendez-vous sur Acteurs publics tv :

->Vidéo 1 : Pourquoi les réseaux professionnels sont devenus indispensables ?

->Vidéo 2 : Pourquoi sociabiliser permet de doper sa carriÚre ? 

Que devrait ĂȘtre la fonction publique de demain ?

 

A l’heure de cette question brĂ»lante d’actualitĂ©, Giulia Reboa, notre prĂ©sidente a Ă©tĂ© interviewĂ©e par Acteurs publics pour Ă©voquer le point de vue de FP21 et porter la voix des jeunes agents publics.

Cet article est l’occasion d’évoquer les grands enjeux de la Fonction Publique du XXIĂšme siĂšcle  :

  • penser que ce qui relie ces “jeunes”, c’est d’ĂȘtre nĂ©s et d’avoir grandi Ă  la mĂȘme Ă©poque, et d’ĂȘtre ainsi imprĂ©gnĂ©s de certaines caractĂ©ristiques propres Ă  cette Ă©poque : la culture digitale, l’ouverture au monde, la mobilitĂ©, etc. Mais ces caractĂ©ristiques communes ne produisent pas un modĂšle de positionnement et de projet professionnel unique.
  • rendre la fonction publique plus reprĂ©sentative de la sociĂ©tĂ© française « pour asseoir sa lĂ©gitimitĂ© et Ă©galement rĂ©pondre aux besoins de diversitĂ© des compĂ©tences nĂ©cessaire Ă  la qualitĂ© du service public »
  • renforcer l’attractivitĂ© de la fonction publique par la valorisation de nos mĂ©tiers en conjuguant les initiatives d’associations comme FP21 « mais aussi de Laboratoire de l’innovation publique, Atraksis, La CordĂ©e, Profil public ou encore La 27e rĂ©gion »
  • penser l’avenir du statut de la Fonction Publique : « Le vĂ©ritable dĂ©bat qui s’impose est donc plutĂŽt celui de l’application, voire peut-ĂȘtre du toilettage du statut, que celui de sa suppression »
  • mieux valoriser et reconnaĂźtre l’engagement des agents publics en mobilisant « les autres leviers de motivation et de reconnaissance au travail (projets innovants, enquĂȘtes qualitĂ©, sanctions lorsque cela est nĂ©cessaire
). »
  • implĂ©menter dans le fonctionnement quotidien des organisations ces nouveaux modes d’action, plus agiles, collaboratifs, crĂ©atifs
 et aussi questionner la rĂ©partition des responsabilitĂ©s, notamment en passant en mode “organisation apprenante”, sans nĂ©cessairement renoncer entiĂšrement Ă  la logique hiĂ©rarchique, d’ailleurs.
  • permettre une formation quasi-quotidienne des agents publics, « par de nouvelles modalitĂ©s de formation, qui sont dĂ©jĂ  en place dans certaines administrations : reverse mentoring, formateurs internes, micro-learning, coaching, codĂ©veloppement
 »

 

Pour lire l’intĂ©gralitĂ© de l’interview rendez-vous sur le site acteurs publics ici.